Galerie

Le Mythique GR20


J’ai effectué le GR20 en 3 fois pour des raisons exclusivement familiales, effectivement, n’ayant que 3 semaines de congé et ayant de la famille ainsi que des amis à voir, je ne pouvais faire autrement que de ne m’accorder que 5 jours par été pour faire ce que j’ambitionnais déjà depuis longtemps, le mythique GR20.

Le GR20, le treck le plus dur d’Europe ? Sincèrement je ne le pense pas. Pour quelqu’un ayant l’habitude de la montagne, cela ce fait très bien. La seule vraie difficulté que j’ai personnellement trouvée, c’est la chaleur. Même en partant tôt, aux environs de 6h30, l’arrivée au refuge suivant est une vraie délivrance, et boire une bonne Pietra bien fraiche, un vrai bonheur. Certes les pentes sont rudes et les chemins bien accidentés et escarpés, mais sans réelles difficultés depuis la fermeture du cirque de la solitude. Pour autant, se lancer sans un minimum de préparation physique, c’est restreindre fortement ses chances d’arriver au bout. Pas mal de gens abandonnent, exténués, au bout de quelques étapes seulement et si je ne peux donner que 2 conseils, c’est de ne pas trop se charger, grand max 15 kg et prendre 3 litres d’eau chaque jour, à moins d’avoir une source sur le trajet. Les sources sont en général indiquées sur tous les topos guides.

Les étapes, variantes et sommets.

Les étapes sont je trouve, assez bien découpées et même en faisant quelques variantes, elles restent assez bien équilibrées. Une exception peut être sur le plateau de Coscionu ou je trouve l’étape Usciolu/Matalza trop courte. J’ai quant à moi préféré m’arrêter à Crocci car le refuge d’Asinau n’était pas opérationnel (incendié au printemps 2016). Mon trajet originel prévoyait de prendre l’ancien tracé (qui maintenant est une variante) et de faire Usciolu/Asinau qui passe par le sommet de l’Incudine, plutôt que le crochet par Matalza, qui n’apporte rien et qui ne passe pas au sommet de l’Incudine, sommet qui pourtant mérite le détour car la vue y est fabuleuse sur les aiguilles de Bavella et le golfe de Porto Vecchio. J’ai fais aussi plusieurs variantes, notamment au départ du refuge de Pietra Piana, la variante des crêtes du Pinzi Corbini, celle moins connue et certainement la moins pratiquée, qui au départ du col de Vizzavona passe en crête par les puntas Grado et Scarpiccia puis contourne la punta dell’Oriente pour arriver à la petite station de Capanelle, celle encore qui au départ de Capanelle passe par les crêtes, le Mt Rénoso et les célèbres Pozzi, puis la dernière, la variante alpine des aiguilles de Bavella. J’ai aussi profité du passage du GR à proximité, pour ascendre quelques sommets comme la punta a e Porta, la punta dell’Oriente, l’Incudine, i Pinzi Corbini, le Mt Rénoso, la punta Orlandinu, la punta di Valle Longa, la punta Campitellu, la punta Latuncellu, le Mt Furmicula.

Les paysages.

Je suis parti du Nord et le changement est flagrant au fur et à mesure de la descente vers le Sud. Au Nord les paysages sont très escarpés, très minérales, souvent majestueux, au sud par contre, c’est plus doux et plus vert mais tous sont grandioses. Les torrents aux eaux vives et translucides que l’on croise au détour du sentier, sont magnifiques et leurs vasques chauffées par le soleil, invitent bien souvent à la baignade rafraichissante. Les forêts de pins Laricio ou de hêtre, souvent centenaire, sont spectaculaires et majestueuses, elles incitent au respect. Mais ce qui reste de vraiment particulier à la Corse, c’est d’être à 2000m d’altitude et de voir très souvent les 2 mers, Tyrrhénienne et Méditerranéenne, juste là, presque à y plonger. Vous pouvez imaginer les lever ou les couchers de soleil à cette altitude.

Les refuges.

Souvent critiqués, à tort ou à raison, dans les différents forums traitant du sujet pour leurs accueils et leurs sobriétés, je n’ai personnellement rien à redire, mais tout dépend aussi de notre comportement je pense. Il faut comprendre les gardiens qui des fois sont exaspérés devant l’attitude de certains randonneurs qui se croient dans un hôtel en all inclusives. Cela reste des refuges de montagnes ou il y passe énormément de monde  et cela ne doit pas être facile de rester cool tout le long de la saison. Leurs conforts sont spartiates, certes, mais comme tous les refuges de montagnes ni plus ni moins, les douches très sommaires et souvent gelées revigorent bien le corps après l’effort et les WC sont souvent sales, c’est à ce niveau ou à mon avis, un effort devrait être fait. Les prix pratiqués sont corrects pour des refuges, à peu prés comparable à ce que l’on trouve dans les Pyrénées, aux alentours de 20 euros pour le repas du soir, 7 euros la bière, 14 euros la nuitée en refuge, 11 euros de location de tente + 7 euros par personne, 6 euros l’emplacement si vous avez votre tente. Concernant le difficile problème des punaises de lit, j’en ai été victime et ce n’est pas agréable, mais il faut savoir que les punaises sont transportées par les randonneurs de refuges en refuges, dans les duvets, vêtements etc….et que les refuges sont traités tous les jours, mais malgré cela elles résistent bien et c’est pratiquement impossible de les éradiquer complétement.

Les rencontres

Pour ma part j’en ai fait de belles, surtout dans la 1ere et dernière partie ou tous les soirs, au refuge, on retrouve les mêmes têtes que la veille et ça discute de l’étape du jour et celle du lendemain devant une bonne bière. Au fur et à mesure, on fait connaissance et bien souvent on fait des étapes ensemble ou on s’attend aux endroits stratégiques, les uns donnant des infos aux autres et vice-versa, c’est très sympa. Je remercie encore Gilbert, Jean Louis et Thomas avec qui j’ai marché de Calenzana à Vergio dans une super ambiance, Yvon et Maryline les Bretons avec qui j’ai fait l’étape Crocci/col de bavella et Nico et Séverine avec qui nous avons eu une très belle discussion pendant un long apéro au col de Bavella. Si un jour vous tombez sur cet article, sachez que j’ai été très heureux de faire votre connaissance.

 

Publicité

Un commentaire sur “Le Mythique GR20

  1. Bonjour,

    je voulais tenter le gr20 sur 5 jours. Ma femme et ma fille vont essayer de me suivre et dormir avec moi les nuits d’étape.
    Je voulais savoir les étapes accesibles par la route (exemple station haut asco) ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s